Communications à...

Alimentation, innovation et consommateurs. Ed. Le Manuscrit, Paris, mai 2012

Le système alimentaire contribue à notre alimentation quotidienne de « la ferme à la fourchette ». Il a besoin d’innover pour améliorer sa compétitivité (l’industrie alimentaire européenne a vu sa part dans le marché mondial reculer de 25 à 21 % au cours de la dernière décennie) en proposant des produits alimentaires abordables, davantage porteurs de plaisir et de santé, plus faciles à acheter, à conserver et à préparer, dont la sécurité sanitaire est strictement garantie, tout en restaurant la confiance de consommateurs qui s’inquiètent de la manière dont leurs aliments sont produits (par les agriculteurs) et fabriqués (par les industriels).De tous les facteurs dont dépend le succès d’une innovation, il en est un spécialement important que les auteurs de ce rapport ont choisi d’approfondir : la manière dont elle est perçue par les consommateurs.Trois exemples permettent de comprendre comment les consommateurs sont des arbitres des innovations au sein du système alimentaire : les OGM, les radiations ionisantes et les aliments-santé. Le premier illustre le cas d’une innovation de rupture qui suscite beaucoup d’espoir pour mieux nourrir les Humains, mais dont l’acceptabilité diffère avec les contextes culturels. Le deuxième concerne une technologie dont les bénéfices et l’innocuité sont largement démontrés, mais dont l’appellation fortement connotée est dissuasive. Le dernier exemple, à la différence des précédents, témoigne d’une situation où une forte demande pour des aliments santé précède la démonstration de l’effet bénéfique de ceux qui sont mis sur le marché : dans ce cas, les pouvoirs publics et le milieu scientifique doivent exercer une validation extrêmement rigoureuse en s’appuyant sur un effort de recherche conséquent.Deux constats sont avancés : l’opposition des consommateurs à l’intrusion de la technologie dans la production agricole et la fabrication des aliments, qu’ils jugent inappropriée ; la mise en avant par les professionnels du soi disant caractère « naturel et traditionnel » de leur produits, dissimulant ainsi les technologies qu’ils utilisent par crainte de heurter leurs clients.Plusieurs pistes sont proposées pour que les pouvoirs publics, les professionnels et les Académies expliquent aux Français qu’aucun progrès de la science et de la technologie ne doit être négligé pour garantir une alimentation de qualité accessible à tous.Livre disponible sur Opens external link in new windowmanuscrit.com, en librairie et sur les librairies en ligne