Presse

Agroalimentaire istock 939539736 Agroalimentaire istock 939539736

L’IMPACT DE LA REVOLUTION NUMERIQUE SUR L’INDUSTRIE ALIMENTAIRE 

Recommandations de l’Académie des technologies pour une industrie alimentaire plus compétitive, plus respectueuse de l’environnement, et au service de ses consommateurs 

Paris, le 25 mars 2021 - L’industrie alimentaire représente, en France, le premier secteur industriel en termes d’emplois et de chiffre d’affaires. Puissante mais fragile, elle souffre d’une baisse de compétitivité à l’international et d’une image négative aux yeux de l’opinion publique. Dans ce nouveau rapport, l’Académie des technologies analyse comment les industries alimentaires françaises doivent s’approprier les technologies numériques pour mieux concevoir, fabriquer, contrôler et distribuer des aliments, gagner en compétitivité et répondre aux attentes exprimées par les consommateurs, dans le respect des objectifs de développement durable. Nécessaire, cette grande ambition ne pourra se concrétiser sans le soutien significatif des pouvoirs publics. 

Smartgrids istock 612623042 Smartgrids istock 612623042

La transition énergétique passe par une forte croissance de la production d’ÉLECTRICITÉ

Dans un avis à l’occasion d’une consultation publique de RTE (Réseau de Transport d’Électricité) sur les besoins électriques de la France à l’horizon 2050, l’Académie des technologies alerte sur l’importance d’une juste estimation des besoins futurs d’électricité, qui lui semblent aujourd’hui sous-estimés au regard de la nécessaire sortie des énergies fossiles.

Fermes donnes istock 802301566 Fermes donnes istock 802301566

CALCUL ET DONNEES : NOUVELLES PERSPECTIVES POUR LA SIMULATION A HAUTE PERFORMANCE 

Dans un rapport, l’Académie des technologies alerte sur l’importance des nouvelles technologies de simulation numérique, fondées à la fois sur la modélisation (calcul scientifique) et sur l’intelligence artificielle (apprentissage automatique). 


Le développement très rapide des méthodes d’apprentissage automatique, et en particulier de l’apprentissage profond souvent appelé intelligence artificielle, a permis d’obtenir des résultats remarquables dans de multiples domaines : reconnaissance d’images ou de la parole, étude des réseaux sociaux, véhicules autonomes, imagerie médicale, etc… Ces méthodes statistiques, qui nécessitent de recourir à de très nombreuse données (big data) pour entraîner les modèles d’apprentissage, sont-elles le nouveau paradigme pour les besoins de simulation nécessaires à prévision, à la recherche scientifique, au développement technologique ? 

Capture%20d%e2%80%99e%cc%81cran%202020 12 15%20a%cc%80%2017.35.36 Capture%20d%e2%80%99e%cc%81cran%202020 12 15%20a%cc%80%2017.35.36

Prix Irène Joliot-Curie : trois chercheuses d’exception à l’honneur

Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation adresse ses chaleureuses félicitations aux trois chercheuses lauréates du prix Irène Joliot-Curie 2020, avec le soutien de l’Académie des sciences et de l’Académie des technologies : Fariba Adelkhah, Prix de la « Femme scientifique de l’année " ; Céline Guivarch, Prix de la « Jeune Femme scientifique » ; Sandrine Lévêque-Fort, Prix « Femme, recherche et entreprise »

Istock 889321368 Istock 889321368

Sondage Ifop pour l’Académie des technologies : Le niveau d’inquiétude des Français vis-à-vis des technologies s’envole, leur défiance aussi

Communiqué de presse Académie des technologies Paris, le 10 décembre 2020
Sondage Ifop pour l’Académie des technologies :
Le niveau d’inquiétude des Français vis-à-vis des technologies s’envole, leur défiance aussi
Compteurs Linky, reconnaissance faciale, Intelligence Artificielle, 5G… : les controverses sur les risques liés au développement de certaines technologies se sont récemment multipliées. Pour la troisième année consécutive, l’Académie des technologies a cherché à comprendre et analyser la perception des Françaises et Français, et son évolution, à l’égard des nouvelles technologies. Ce baromètre annuel réalisé par l’Ifop montre que les technologies constituent une source croissante d’inquiétude. Les Françaises et Français sont désormais une majorité (56%) à se dire inquiets à ce sujet (+ 15 points par rapport à l’an dernier). Par ailleurs, ils sont nettement moins nombreux qu’il y a une dizaine d’années à reconnaître leur impact positif sur le quotidien : 45% pour la santé (-25 points), 25% pour l’alimentation (-21 points) et 21% pour l’environnement (-28 points). Malgré ces inquiétudes, 61% estiment que le progrès technologique reste synonyme de progrès pour l’humanité et 75% se déclarent majoritairement intéressés par les nouvelles technologies. Le sondage révèle le sentiment d’un fort déficit d’information sur ces sujets. Seulement 33% estiment être suffisamment bien informés, un chiffre inchangé depuis 2001. Plus de trois quarts souhaitent être plus impliqués dans les décisions sur des technologies controversées (77%) et estiment que le gouvernement n’informe pas suffisamment de leurs conséquences (75%). Les résultats mettent également en lumière le nombre limité d’institutions et de personnes suffisamment crédibles pour combler leurs attentes. Ainsi, seuls les scientifiques et les journaux scientifiques ont la confiance d’une majorité de Français et Françaises, loin devant les représentants du gouvernement. Enfin, la France, à l’image de l’Europe, est loin d’apparaître en pointe en matière de recherche scientifique et technologique.

Lancement french gaia x hub annonce Lancement french gaia x hub annonce

GAIA-X : Lancement du French Hub

 

A Paris, le 09 décembre 2020

 

COMMUNIQUE DE PRESSE, GAIA-X Lancement du French Hub

 

Chaque État membre de l’Union européenne, intéressé par la démarche GAIA-X, est invité...

Istock 1130134981 Istock 1130134981

Un « Hold up » sur la science

Depuis plusieurs jours circule sur les réseaux sociaux un long film intitulé « Hold up », qui, en se donnant les apparences d’un documentaire, développe une théorie conspirationniste sur la pandémie de Covid-19. 

Les Académies des Sciences, de Médecine, de Pharmacie et des Technologies mettent en garde avec insistance et gravité nos concitoyens contre la fausseté des informations ainsi propagées.

Capture%20d%e2%80%99e%cc%81cran%202020 11 23%20a%cc%80%2013.55.38 Capture%20d%e2%80%99e%cc%81cran%202020 11 23%20a%cc%80%2013.55.38

Science et technologie à l’école primaire : la nécessité de rénover la formation et l’accompagnement des professeurs

Dans un rapport critique publié ce jour, l’Académie des sciences et l’Académie des technologies alertent sur la faible place donnée à l’apprentissage de la science et de la technologie à l’école primaire, et sur la manière, manquant souvent de cohérence, dont ces enseignements sont prodigués. Elles attribuent ces lacunes à l’insuffisance de la formation initiale et continue des professeurs dans le domaine qui, selon elles, devrait aujourd’hui être repensée en profondeur. Elles formulent ainsi une série de recommandations à l’intention des pouvoirs publics, dont elles jugent préjudiciables certaines orientations prises ces dernières années, notamment la priorité quasi-exclusive donnée au « Lire, écrire, compter », sans qu’aucune passerelle ne soit établie avec la science et la technologie.

Adn stockage Adn stockage

L’ADN, une solution pour l’archivage des mégadonnées à l’horizon 2040 ?

L’Académie des technologies dévoile son rapport sur les technologies de stockage moléculaire et en particulier le stockage dans l’ADN. Elle dresse un état des lieux de l’avancée de ces technologies, des barrières actuelles, et des efforts de recherche et développement académiques et industriels engagés en France et à l’étranger. Elle recommande un soutien à cette technologie prometteuse dans l'optique d’une montée en puissance progressive entre 2025 et 2040.

Abstract blur bubble clean 268819 Abstract blur bubble clean 268819

L’hydrogène, le nouvel eldorado vert ?

L’Académie des technologies dévoile son rapport présentant les grands enjeux de l’hydrogène pour la transition écologique et le développement industriel. Elle émet quatorze recommandations regroupées en quatre thèmes et définit des priorités aux usages de l’hydrogène décarboné en prenant en compte les aspects économiques souvent négligés. Elle préconise le développement d’une industrie française et européenne couvrant toute la chaîne de la production à l’utilisation de l’hydrogène en visant les marchés mondiaux. Enfin elle recommande l’accroissement de l’effort de Recherche et Développement.